Quels sont les effets d’une selle trop haute ?

Quels sont les effets d’une selle trop haute ?

Le réglage de la selle est un pré requis déterminant pour le positionnement cycliste.
Cette hauteur va avoir une incidence sur le confort, la performance, la capacité du cycliste à maintenir sa position pendant une durée prolongée et peut aussi avoir des conséquences pathologiques lorsque ce réglage est inadapté.

Lorsque l’intensité du pédalage augmente la coordination du pédalage s’adapte et l’on va avoir des adaptations comme une extension de genou plus prononcée, une flexion vers l’avant plus grande etc alors si le réglage est déjà poussé au maximum, le corps n’a plus d’adaptabilité pour assurer le mouvement.

Le but de l’article de jour est de mettre en lumière une série de sensations pouvant vous mener à vous rendre compte que votre selle est trop haute. Et si c’est le cas de tester d’abaisser celle ci de quelques millimètres.


Les différents éléments à passer à revu sont donc:

Les douleurs ou engourdissements dans la zone périnéale.
On sait que l’appui sur la selle est un appui majoré sur la zone des ischions ainsi que périnéale. Le périnée est un plancher qui supporte les organes situés au dessus de lui, il est donc plus fort en support que lorsqu’on lui fait subir une pression venant du bas.
Plus la selle est haute et plus cette pression sera grande car moins absorbée par les pieds au niveau des pedales.

Évidemment un choix de selle adapté peut avoir un lien avec des douleurs de ce type même si la selle est parfaitement réglé. Mais on conseille d’avoir d’abord une position correcte à ant de se tourner vers un changement de selle.
Un cuissard de plus grande épaisseur peut être à vérifier avant d’incriminer la selle également.


Les fourmillements au niveau des pieds.
Plus la selle est haute plus les tensions au niveau de la chaîne musculaire postérieure sont grandes. Ces tensions peuvent perturber les glissements nerveux dans leur gaine ainsi que la vascularisation qui niveau de nos extrémités et donc entraîner ce genres de troubles.

De nouveau un Check matériel au niveau chaussure peut aussi être réalisé s’il y a ce genre de troubles. Car des chaussures trop étroites peuvent entraîner les mêmes sensations désagréables.

Les douleurs au niveau des ischios jambiers.
Même explication que pour les fourmillement au niveau des pieds a quoi on rajoute une certaine stimulation de la souplesse.
Si le cycliste est très souple il pourra peut être se permettre d’être légèrement trop haut mais s’il manque de souplesse cela sera problématique. On ne peut pas demander a quelqu’un de produire une force en étant en même temps en étirement de ses ischios jambiers et de plus pendant une longue période.

Plusieurs solutions s’offrent au cycliste dans ce cas. Travailler sa souplesse ou baisser la selle.


Les douleurs lombaires.
Plus la selle est haute, plus la flexion lombaire demandée pour atteindre le poste de pilotage est importante. On en revient aux capacités du cycliste, certains pourront le tolérer d’autres moins à chacun de trouver sa position.

Les déhanchements.
Pas forcément douloureux ou problématiques dans un premier temps, ils peuvent quand même amener des frottements sur la selle ou une perturbation du schéma de pédalage.
Ils sont observable lorsque l’on se positionne derrière le cycliste.



Avec ces premières indications vous pouvez donc déjà passé en revu quelques points pour vérifier si votre selle est à une hauteur adaptée à vous.
Si vous pensez avoir des modifications à faire n’oubliez pas que 5mm lors d’une modification est un réglage nécessitant quelques heures d’adaptations. Donc réglez peu et laissez vous le temps.
Retour au blog