La meilleure technique de pédalage ?

La meilleure technique de pédalage ?

Il existe plusieurs manières de pédaler. On pourrait meme aller plus loin en disant que chaque personne pédale à sa manière. Cependant quand on parle de technique, il ressort 4 grandes catégories:

La technique de poussée. 
Dans cette technique l’effort principal est positionné lors de la première phase, quand le bras de pédalier est entre 0° et 180°. Les muscles les plus sollicités sont les muscles extenseurs. L’ensemble, extenseur lombaires, fessiers, ischios jambiers, mollet et fléchisseurs plantaires.
L’effort fourni développe le plus de couple en poussant sur la pédale.
C’est la poussée contre latérale et le retour élastique de ces muscles qui créent du couple lors de la remontée de la pédale mais cette deuxième phase est peu efficace dans cette technique.  

 

La technique de tirage.
Dans cette technique l’effort principal est positionné lors de la deuxième phase, quand le bras de pédalier effectue sa remontée entre 180° et 0°. Les muscles les plus sollicités sont les fléchisseurs de hanche. L’ensemble PSOAS, droit fémoral. 
Dans cette technique le couple est plus important lors de la phase de remontée en tirant sur la pédale. 

 

La technique d’enroulage.
Cette technique serait un mélange des 2 précédentes en insistant sur le fait d’avoir une transition la plus fluide possible entre les phases de descente du bras de pédalier et sa remontée. 
Dans cette technique les muscles décrits précédemment se succèdent au cours du cycle. 
La concentration doit être importante pour bien utiliser la plus grande amplitude de cheville possible afin « d’enrouler » ce passage d’une phase à l’autre.

 

La technique naturelle. 
Cette dernière n’a pas de description précise. Elle est la résultante de l’expérience et l’entraînement du cycliste, ainsi que de ses points forts et faibles. Elle est généralement un mix des techniques décrites précédemment avec une répartition dépendant des capacités du cycliste. 

 

Comment identifier la meilleure technique ? 
Pour avoir une idée de l’efficacité de chacune il faut savoir que le pédalage a un coût métabolique et la résultante est une efficacité mécanique. 

Le rapport entre les deux nous indiquera la technique la plus efficiente. Il faut mettre en lumière la technique nécessitant le moins d’énergie pour produire une efficacité mécanique la plus grande possible. 

 

Pour cela, il a été mesuré la dépense énergétique de cycliste ainsi que leur production mécanique (puissance) simultanément, lors d’un effort avec différentes consignes de pédalage. 

Les résultats sont les suivants. 

La technique la plus efficace en terme de production d’énergie mécanique serait la technique de tirage
Cependant ce serait la plus coûteuse en énergie. On pourrait en déduire que ces muscles sont forts mais peu économes et ne sont donc pas ceux que nous voulons stimuler préférentiellement lors de la fatigue du cyclisme. 

En terme de production d’énergie viennent ensuite la technique préférentielle, la technique de poussée et en dernier l’enroulage. 
Sur le plan dépense la plus économique serait la technique préférentielle. L’hypothèse serait que les muscles extenseurs sont plus efficace dans la production de force.

Le tableau ci dessous nous résume ces résultats. 

On peut donc conclure que la meilleure technique de pédalage est celle que le cycliste à développé au cours de sa pratique. Elle lui est totalement adaptée et lui permet d’avoir le ratio dépense d’énergie/production de force le plus rentable. 

On peut rajouter qu’on pourrait tous progresser dans notre technique en étant plus fort sur les muscles extenseurs.

 

KORFF, THOMAS1; ROMER, LEE M.1; MAYHEW, IAN1; MARTIN, JAMES C.2. Effect of Pedaling Technique on Mechanical Effectiveness and Efficiency in Cyclists. Medicine & Science in Sports & Exercise 39(6):p 991-995, June 2007. | DOI: 10.1249/mss.0b013e318043a235

 

Retour au blog