Cyclisme et densité osseuse

Cyclisme et densité osseuse

Le cyclisme est un sport recommandé pour l’entretient et le développement des capacités cardiovasculaires et respiratoires. Cependant cette activité serait à l’origine d’une perte en densité osseuse chez les pratiquant. Est-ce ce un mythe ou une réalité ? 

 

Une revue de littérature a décortiqué les études depuis les années 60 sur ce sujet et les conclusions sont les suivantes. 

Le cyclisme sur route étant une activité de décharge ne produisant que très peu de vibrations et/ou impact sur le corps, entraine une moins bonne stimulation du développement osseux. Contrairement à des sports dis « en charge » comme peuvent l’être tous les sports en position debout qui eux vont être beaucoup plus impactants. 
Cependant cet argument n’est pas valable pour les autres disciplines cyclistes tels que le vtt ou bmx qui eux sont pourvoyeurs de stimulus beaucoup plus important du système osseux. 

 

Une seule saison cycliste à niveau professionnel pourrait avoir des conséquences osseuses négatives car la quantité de stimulus constructifs auraient quasiment disparus. 
Une étude à montré une diminution de la densité osseuse au niveaux des jambes, des cotes et du bassin chez des cyclistes professionnels entre le début et la fin de la saison. 

 

Pour remédier à cela, il faudrait pouvoir ajouter un entretient ostéogénique (créateur de tissus osseux) au planning de ces sportifs. Des activités à poids de corps telles que des séances alternant course à pied et vélo, des séances d’exercices pliométriques. Ou même la pratique du VTT régulièrement. 

 

Que l’on soit rassuré, ces conséquences osseuses ne sont pas visibles chez le pratiquant récréatif meme jusqu’à très bon niveau car ce dernier garde une quantité de stimulation à poids de corps suffisante.
Attention cependant aux personnes souffrant d’ostéoporose chez qui en complément du cyclisme il faudrait garder plusieurs stimulations à poids de corps en complément.

 

 

Pour conclure, ce mythe de la déminéralisation osseuse chez les cyclistes est bien fondée pour une partie seulement, mais n’est pas une problématique à prendre en considération pour remettre en perspective sa pratique, à moins d’être cycliste professionnel.

 

 

 

Olmedillas H, González-Agüero A, Moreno LA, Casajus JA, Vicente-Rodríguez G. Cycling and bone health: a systematic review. BMC Med. 2012 Dec 20;10:168. doi: 10.1186/1741-7015-10-168. PMID: 23256921; PMCID: PMC3554602.

Simonovich IT, Rinot N, Keren Y. [ROAD CYCLING, DECREASED BONE DENSITY AND PROXIMAL FEMORAL FRACTURES]. Harefuah. 2022 Jun;161(6):361-366. Hebrew. PMID: 35734792.

Martínez-Noguera FJ, Alcaraz PE, Ortolano-Ríos R, Marín-Pagán C. One Season in Professional Cycling Is Enough to Negatively Affect Bone Health. Nutrients. 2023 Aug 18;15(16):3632. doi: 10.3390/nu15163632. PMID: 37630821; PMCID: PMC10458969.

Retour au blog